Tenter un trou en un malgré les défis que pose l’arthrite!

 

  • Twitter
  • Facebook

Sadiq Jiwa a appris qu’il était atteint d’arthrite juvénile idiopathique à l’âge de six ans et il s’est rendu compte très tôt qu’il 

n’allait pas pouvoir faire tout ce que faisaient les autres enfants. Ces limites ne l’ont cependant pas empêché de s’accrocher à son rêve, devenir joueur de golf professionnel, et de tout faire pour surmonter la douleur et l’incapacité liées à l’arthrite.

Sadiq a grandi à Vancouver. À 23 ans, le sport occupe toujours une grande place dans sa vie. Encouragé par son père, qui était passionné de hockey, Sadiq a joué au hockey dans une ligue compétitive pendant de nombreuses années. Au début du secondaire, il a commencé à se rendre compte qu’il ne pouvait plus jouer au même niveau que ses coéquipiers. « Mon arthrite faisait que les mises en échec étaient beaucoup plus difficiles à supporter », explique-t-il.

Réalisant qu’il devait choisir une autre voie, Sadiq range alors ses patins et son bâton de hockey et, avec le soutien de sa mère et de son père, part à la découverte de nouveaux horizons. Le golf devient sa nouvelle passion. « Je suis vraiment tombé amoureux du sport », raconte-t-il. « J’ai travaillé très fort, frappant parfois des balles de golf 12 heures par jour. »

En 11e année, Sadiq devient capitaine de l’équipe de golf de son école secondaire. Il est ensuite recruté pour jouer au Kenyon College. Il s’inscrit à de nombreuses épreuves de qualification et est tout près de pouvoir participer à l’US Open : il échoue d’un coup. Sadiq comprend alors que ses aptitudes peuvent réellement l’emmener quelque part, et il se fixe comme objectif de jouer sur le circuit de la PGA.

C’est un grand rêve pour tous ceux qui souhaitent poursuivre une carrière de joueur de golf professionnel, mais Sadiq savait qu’il allait devoir relever un défi beaucoup plus important à cause de l’arthrite et de ses symptômes.

« J’ai dû me retirer de plusieurs tournois parce que la douleur était telle que je ne pouvais plus prendre mon élan pour frapper la balle », explique Sadiq. « Au cours d’un de ces tournois, mes articulations me faisaient tellement mal que je n’arrivais plus à bouger. Mon père et mon entraîneur ont dû me porter hors du terrain. J’avais pris mon élan au

treizième trou, mais je n’avais pas pu mettre de poids sur mon pied gauche. Il s’était dérobé sous moi et je ne pouvais plus marcher », poursuit-il.

Aujourd’hui, Sadiq s’appuie sur un physiothérapeute et un rhumatologue pour mieux tolérer la douleur et avoir un plan de traitement personnalisé qui lui permet d’être compétitif au plus haut niveau.

Sadiq a aussi commencé à faire du bénévolat auprès du Conseil consultatif des patients atteints d’arthrite d’Arthrite-recherche Canada. C’est une autre façon pour lui d’en apprendre plus sur sa maladie et de contribuer à des projets de recherche axés sur la prévention, un meilleur traitement et une meilleure qualité de vie. « J’apprécie énormément le fait qu’Arthrite-recherche Canada mette réellement l’accent sur les patients », dit Sadiq. « C’est incroyable de pouvoir travailler directement avec des chercheurs, de partager nos perspectives en tant que patients et de participer à la façon dont la recherche est menée. Je sais que, grâce à ce partenariat, nous obtenons des réponses aux questions qui nous préoccupent le plus. »

« Je me suis débrouillé pour toujours garder une longueur d’avance sur ma maladie. Aujourd’hui, je veux en faire profiter les autres en leur montrant qu’il y a un moyen de s’en sortir et qu’ils peuvent y arriver eux aussi », conclut Sadiq.

Arthrite-recherche Canada rassemble des chercheurs scientifiques de classe mondiale qui représentent des disciplines variées et de nombreux champs d’expertise. L’organisation a récemment accueilli la Dre Susanne Benseler au sein de l’équipe de recherche de l’Alberta. La Dre Benseler est la cheffe du Service de rhumatologie pédiatrique de l’Université de Calgary et la directrice de l’Alberta Children’s Hospital Research Institute. Reconnue comme la sommité canadienne en matière d’épidémiologie clinique et d’arthrite infantile, elle est la première chercheuse scientifique d’Arthrite-recherche Canada à se spécialiser dans l’arthrite infantile.

Share This

Share on Social Media

Share a message of hope...

Share This

Share this post with your friends!