fbpx

 

Élaboration de critères de classification de la crise rénale sclérodermique (insuffisance rénale soudaine)

 

 

Titre scientifique :

Analyse multicritère (en utilisant l’application d’aide à la décision 1000Minds) visant à élaborer des critères de classification de la crise rénale sclérodermique

 

Début de l’étude:

Septembre 2023

 

Fin de l’étude :

Août 2024

 

Pourquoi effectuer cette recherche?

La sclérodermie est un ensemble de maladies auto-immunes caractérisées par des anomalies vasculaires, de la peau et des organes internes. L’insuffisance rénale soudaine (la crise rénale sclérodermique) est une complication rare mais grave de la sclérodermie. Un tiers des patients atteints d’insuffisance rénale soudaine décèdent dans l’année qui suit. Parmi ceux qui survivent, un quart reste sous dialyse (traitement de l’insuffisance rénale) pendant plus d’un an. (Hudson et al., Seminars Arthritis Rheumatol. 2014).

À l’heure actuelle, alors que 41 ensembles de critères différents ont déjà été publiés (Hoa et al., Autoimmunity Rev. 2017), il n’existe aucun ensemble normalisé de critères pour définir la crise rénale sclérodermique. L’absence de normalisation a ralenti la recherche sur cette maladie, entraînant une mauvaise compréhension du problème et une insuffisance de traitements efficaces.

Le Scleroderma Clinical Trials Consortium est un organisme international qui travaille à faire progresser les normes en matière de recherche pour les personnes atteintes de sclérodermie. En 2015, cet organisme nous a demandé d’élaborer des critères de classification de la crise rénale sclérodermique, l’objectif étant d’améliorer les études à venir qui porteront sur de nouveaux traitements. Depuis, nous avons demandé à des experts d’identifier les éléments qui pourraient être inclus dans ces critères de classification (Butler et al. Arthritis Rheumatol. 2019) et nous avons recueilli des données pour cet ensemble de base auprès d’un groupe international de patients souffrant depuis peu d’insuffisance rénale soudaine (la cohorte de départ).

Que ferons-nous?

Nous entamons la prochaine phase de ce projet en utilisant les données de l’ensemble de base et la méthodologie 1000Minds. Nous demanderons à un groupe d’experts de répartir les cas en deux groupes, selon qu’ils relèvent ou non de la crise rénale sclérodermique. Les membres de notre équipe de recherche sont des experts internationaux de l’élaboration de critères de classification à partir de cette méthodologie. L’équipe de recherche a déjà contribué à l’élaboration de nouveaux critères de classification du lupus et du syndrome des antiphospholipides. Nous sommes convaincus que ces nouveaux critères de classification de la crise rénale sclérodermique deviendront la norme utilisée pour toutes les recherches à venir et qu’ils permettront d’améliorer les résultats thérapeutiques chez les personnes atteintes de sclérodermie qui doivent composer avec une crise rénale.

 

Les personnes impliquées

La cohorte créée en 2015 est composée de patients qui souffrent de crise rénale sclérodermique. Un patient partenaire participera au panel 1000Minds. L’équipe de recherche est composée de chercheurs accomplis dans les domaines de la sclérodermie, de la crise rénale sclérodermique et des critères de classification des maladies rhumatismales.

 

 

Comment l’équité, la diversité et l’inclusion seront-elles abordées ou prises en considération?

Pour veiller à ce que les critères de classification soient applicables à l’ensemble du spectre de la crise rénale sclérodermique, l’équipe de recherche comprend des médecins universitaires et des médecins communautaires de plus de 100 pays répartis sur six continents.

L’équipe de recherche :

Chercheurs principaux: 

Marie Hudson, MD, MPH, FRCPC, Chercheuse scientifique, Arthrite-recherche Canada. (Université McGill)

Sindhu Johnson (Université de Toronto)

Christopher Denton (University College London)

Co-chercheurs : 

Classification 1000Minds/chercheurs

Dre Sabrina Hoa, MD, MPH, FRCPC, Chercheuse scientifique, Arthrite-recherche Canada (Université de Montréal)

Dr Edward Stern (St George’s University, Londres)

Qui finance cette recherche?

Initiative canadienne pour des résultats en soins rhumatologiques (ICORA)

 

Service de traduction financé par le gouvernement du Canada

logo-govt-of-canada-acknowledgment