Recherche

Des médicaments biologiques pour le traitement de la spondylarthrite : le respect des recommandations a-t-il un impact sur les coûts et sur la santé des patients?

 

Titre de l’étude scientifique :

Le respect des recommandations relatives à l’utilisation des anti-TNF dans le traitement de la spondylarthrite : mesure et incidence au sein de la cohorte DESIR

 

Chercheuse principale :

Stephanie Harvard, étudiante en doctorat à l’École de santé publique et de santé des populations de l’Université de la Colombie-Britannique et stagiaire à Arthrite-recherche Canada, supervisée par le Dr Bruno Fautrel, de l’Université Pierre et Marie Curie, à Paris, et par le Dr Aslam Anis, de l’École de santé publique et de santé des populations de l’Université de la Colombie-Britannique

 

Début de l’étude : mars 2015

 

Fin de l’étude : mars 2017

 

Qu’avons-nous fait?

La spondylarthrite, ou SpA, est une forme d’arthrite inflammatoire qui affecte le dos, les hanches et souvent d’autres parties du corps. On utilise généralement des médicaments biologiques (également appelés anti-TNF) pour enrayer l’inflammation causée par la spondylarthrite. Des médecins ont formulé des recommandations sur l’utilisation de ces médicaments biologiques, car ils sont coûteux et peuvent entraîner des effets secondaires.

 

La cohorte DESIR est un groupe de 708 patients français atteints de SpA qui répondent à des questions de suivi tous les six mois portant sur les coûts encourus et sur leur santé. Cette étude a utilisé des renseignements fournis par la cohorte DESIR pour examiner l’impact du respect des recommandations des médecins quant à l’utilisation des médicaments biologiques. Pour s’assurer que cet impact a été compris dans son contexte, l’étude a également examiné l’impact du respect d’autres recommandations, telles que le recours à la physiothérapie. Les chercheurs ont examiné les effets sur les coûts et sur la santé des patients.

 

Quelles ont été les principales conclusions?

Puisque les renseignements de la cohorte DESIR ne sont recueillis que tous les six mois, les chercheurs ont trouvé qu’il était difficile de savoir avec certitude quels étaient patients à qui on avait recommandé des médicaments biologiques. Puisque cela risquait d’affecter les résultats de l’étude, les chercheurs ont décidé d’examiner l’information de deux façons différentes. Dans le premier cas de figure, l’étude a montré qu’il n’y avait pas de différences en termes de coûts ou d’état de santé entre les patients qui avaient reçu un médicament biologique, tel que recommandé, et ceux qui n’en avaient pas reçu. Dans le deuxième cas de figure, l’étude a révélé que les patients qui avaient reçu un médicament biologique, tel que recommandé, étaient en meilleure santé que ceux qui n’en avaient pas reçu, et que certains coûts avaient diminué. L’étude était importante car elle a montré que les chercheurs ont besoin de plus de renseignements pour savoir quels sont patients atteints de SpA à qui on recommande des médicaments biologiques. D’autres études seront nécessaires pour savoir avec certitude dans quelle mesure le respect des recommandations sur les médicaments biologiques affectent les coûts et la santé des patients.

 

Quelles étaient les personnes impliquées?

Cette étude a été menée par une étudiante-chercheuse dans le cadre d’une thèse de doctorat. Au total, 7 chercheurs ont participé à l’étude.

 

Qui a financé cette recherche?

Pour financer ses travaux avec la cohorte DESIR, Stephanie Harvard a reçu une bourse de recherche doctorale des Instituts de recherche en santé du Canada, deux bourses de l’ambassade de France au Canada et une bourse pour études à l’étranger Michael-Smith. Pour cette étude, Stephanie a également reçu une bourse de Pfizer France.

 

Publications :

Harvard S, Guh D, Bansback N, Richette P, Saraux A, Fautrel B, Anis AH. Adherence to Antitumor Necrosis Factor Use Recommendations in Spondylarthrosis:  Measurement and Effect in the DESIR Cohort. J Rheumatol. 2017 Oct; 44(10): 1436-1444.

Service de traduction

 

Ce projet a été rendu possible [en partie] grâce au gouvernement du Canada.

Ministère du Patrimoine Canadien

logo-govt-of-canada-acknowledgement

Share This